Pendant ce temps, Pius Niederberger, un jeune et entreprenant fromager, faisait son examen de maîtrise et réfléchissait à la façon dont il voulait façonner son avenir professionnel.

Il apprit la situation de Proderma du frère de son amie Luzia Müller et décida, avec Hansjörg Müller, de reprendre cette entreprise intéressante. Il devint vite clair pour lui que l'avenir ne se limitait pas aux serviettes rafraîchissantes. Il fit auditer Proderma en vue de l'obtention du certificat GMP Pharma et le renomma en même temps Proderma Betriebs AG. Les débuts étaient laborieux. Heureusement, Pius Niederberger pu compter sur l'aide de l'existant directeur de production et de son successeur, Toni Scheuber, ainsi que sur la coopération de son père. Si nécessaire, Pius faisait fonctionner les machines lui-même et acquit ainsi beaucoup de connaissances. 

Souvent, lui et Luzia arpentaient les pharmacies et les grands magasins en quête d'inspiration pour trouver de nouveaux produits et marchés. Pius était dans son élément quand il s'agissait d'acquérir de nouveaux clients. Avec une bonne dose de persévérance et de ténacité, il se frayait un chemin jusqu'aux décideurs des grandes entreprises, pouvait présenter ses produits et ses idées, et gagnait la plupart du temps le contrat. L'équipe de trois personnes n'était plus capable de gérer le travail seule et eut recours à des travailleurs à domicile et à un atelier pour personnes handicapées pour l'emballage des sachets remplis dans des cartons.